Actu/Blog

LES RAISINS DE LA MISERE DE IXCHEL DELAPORTE

15 février 2019

Mon compagnon de vie qui supporte avec philosophie parfois et résignation souvent, ma passion du vin, m’a offert un livre sur le vin (alors qu’il me dit régulièrement que je devrais élargir ma vision du monde à d’autres univers!).

Il m’observe, il me laisse faire, devant ce plaisir singulier où je vais devoir trouver en 1 ou 2 jours les 4 vins qu’il me faut à tout prix pour la semaine prochaine. Il discute ou pas avec les vignerons. Préférant souvent la beauté des ruelles à celle des chais, les formes et la couleur de leurs pierres, l’asperité d’une porte moyenâgeuse, une toiture à la forme étrange, une vieille femme qui passe courbée par le travail, un homme aux mains usées qui bricole dans son atelier. Moi c’est un verre qui me permet de fixer ma mémoire et lui c’est plutôt son appareil photo. Bref, il a eu envie de me faire plaisir et a choisi ce livre : Les raisins de la misère de Ixchel Delaporte aux éditions du Rouergue.

raisins-misere

Ce qu’elle explique, je l’avais ressenti en flyant pour mes cours d’œnologie sur le Libournais autour de Montagne et Puisseguin saint Emilion.  J’avais été étonnée de voir les chiffres INSEE de cette région. Mais je n’avais pas fait le lien direct avec la vigne. Je savais aussi que le Médoc était très pauvre, mais dans mon esprit c’était plutôt dans le Bas-Médoc, pas dans le Haut.

Lors d’une visite dans les grands châteaux de Pauillac, on avait décidé  avec l’élu de mon cœur de rester deux jours au camping municipal du village. Et là surprise, la pauvreté du village, m’a saisi. Le contraste entre les grands châteaux et cette misère sociale au bord de ce grand fleuve, au cœur même du village, c’était trop décalé. Dans tous les livres que je lis autour du vin du Bordelais ou d’ailleurs, bien peu traitent de ceux qui travaillent la vigne comme salariés. On en a un aperçu avec les  écrits sur les grandes émeutes vigneronnes languedociennes de 1907. Mais la révolte était liée à une crise de surproduction qui suivait le phylloxéra. Une période difficile pour les salariés viticoles, une période où les grands négociants sétois et bordelais mettaient en concurrence vins algériens et vin languedociens pour des raisons de coût de main d’œuvre.

En 2019, les grands châteaux du Bordelais, de Bourgogne ou de Champagne se portent bien, mais pas les petits domaines, pas les salariés saisonniers. Vous vous intéressez au vin? Lisez ce livre, il ouvre les yeux sur une réalité peu éclairée.

https://www.france.tv/france-3/un-livre-un-jour/780659-les-raisins-de-la-misere-une-enquete-sur-la-face-cachee-des-chateaux-bordelais-de-ixchel-delaporte-la-brune-au-rouergue.html

Visite de châteaux viticoles : Pessac-Léognan 26 septembre 2014

24 juin 2014

Afin de mieux connaître le vignoble de Pessac Léognan, je mets en place une visite dans le vignoble de Pessac-Léognan. Nous visiterons Château Olivier, Château Carbonnieux et le domaine Grandmaison.

Au cours de la journée vous pourrez découvrir les particularités de cette sous-région de Bordeaux, qui produit des vins rouges et blanc très réputés. Nous étudierons la particularité des terroirs des graves, l’histoire des vins de Bordeaux et plus particulièrement de celle de Pessac-léognan. Dans chaque exploitation on mettra en relation les sensations perçues à la dégustation et les actions mis en place dans les vignes et dans le chai.

Tous les détails  concernant cette visite sont indiqués sur la fiche jointe : Sortie_Pessac

 

Sortie sur Montravel le 24 mai 2014

9 mai 2014

Afin de mieux connaître le vignoble de Montravel dans le Bergeracois, j’organise une visite le samedi 24 mai 2014 au sein des châteaux le Raz, Château Puy-Servain et  Château Moulin Caresse. Au cours de la journée vous pourrez découvrir les particularités de cette sous-région de Bergerac qui produit des vins rouges, blancs et liquoreux d’un très haut niveau qualitatif. Les trois domaines travaillent chacun de manière différente et leur réputation dépasse largement les frontières de l’Aquitaine.

Tous les détails sont indiqués sur la fiche jointe : sortie-montravel-24-mai-2014

Histoire de la vigne et du vin en France de Roger Dion

27 février 2013

Roger Dion est vraiment un auteur à mettre dans toutes les mains des passionnés du vin qui n’ont pas peur de découvrir une vision du monde du vin plus objective.

J’ai découvert Roger Dion, au hasard du rayon vin de la librairie Mollat à Bordeaux. Un lieu de perdition pour tout amoureux de la lecture et du vin. Le livre de couverture verte, portait le nom de Paysage et la vigne » Essais de géographie historique ».  Après avoir lu ce livre, je n’en revenais pas. Pourquoi le monde du vin fait-il plus de publicité à certains auteurs plutôt qu’à d’autres? Pourquoi Monsieur Casamayor, mon enseignant de géographie viticole durant mes études d’œnologie ne m’en a jamais parlé? Bref, les temps changent et certains ouvrages sont réédités. Ceux de Roger Dion sont d’une richesse incroyable, car de formation géographe, non issu du milieu viticole, il a su observer le milieu du vin avec un regard neuf très instructif.

Non, les meilleurs terroirs ne sont pas forcément là où on le pense, oui l’économie et  la politique ont façonné notre idée du vin au cours du siècle. Arrêtez deux minutes de croire qu’il n’y a que le Bordelais, la Bourgogne et la Champagne qui fassent du bon vin et qui ont les meilleurs terroirs et laissez-vous bercer par la vrai histoire de la vigne et du vin en France. Le livre fait plus de 700 pages, mais vous n’êtes pas obligez de le lire en une nuit. Bonne lecture

Histoire de la vigne et du vin en France des origines au XIX°siècle Roger DION – CNRS Éditions 2010 (première édition en 1959!) – tarif environ 35 euros

highslide wordpress